Le choeur et le héros

Vous arrive t-il parfois de prendre le lead sur des sujets (parce que c’est votre travail, votre rôle dans une association, un projet, une famille …) ? A d’autres moments votre posture va changer : parfois vous allez soutenir un ami, une collègue, un fils, parfois quand vous êtes fatigué ou qu’une personne vous agace vous allez réfuter ses dires, ne pas être d’accord avec elle, bref vous ne coopérez pas.

Le chœur et le héros est une pratique que j’ai découverte lors de ma formation de Leader / Souteneur coopératif à l’Université du Nous. Un outil puissant qui fait se poser beaucoup de question sur sa position dans un groupe.

J’avais envie de partager mon retour d’expérience même si cela date un peu. Ce fut une fantastique expérience sur laquelle je m’appuie encore aujourd’hui. Grâce à cette expérience je prends conscience des moments où je bascule d’une posture à une autre. Quand je suis dans un groupe projet, je fais plus attention aux raisons qui font que je suis en désaccord avec une personne. Cela me permet de rectifier ma posture (soit je prends du temps pour moi, soit je demande une clarification, etc).


L’équipe de Hum-hum-hum / Université du Nous, les créateurs du chœur et héros

Je ne vais pas ré inventer la roue, tout est dit sur le site qui présente leur offre sur cet atelier : https://hum-hum-hum.fr/senso/#hero

Pour changer de façon d’interagir avec les autres, il est nécessaire – en plus de la compréhension mentale – de ressentir ce qu’implique ce changement avec le cœur et le corps. Ainsi notre accompagnement propose d’explorer d’autres formes d’interactions avec nos sens et nos émotions.

L’équipe de Hum-hum-hum

Le déroulé

C’est une expérience qui se fait en plusieurs fois. Cela ne peut pas marcher dès la première session.

Je vous explique : imaginez demander à un groupe de 30 personnes de marcher de manière aléatoire dans une pièce vide. Il est certain que les événements suivants arriveront :

  • Personnes qui piétinent pour laisser passer quelqu’un
  • Deux personnes se font face, hésitent pendant quelques secondes avant de prendre des directions opposées
  • Des personnes qui font tout pour éviter de croiser un maximum de marcheurs
  • Des personnes qui vont toujours faire le même trajet en boucle
  • Des gens qui regardent leurs pieds, d’autres auront le nez en l’air, des rires nerveux …
  • Des gens qui paniquent car ils n’auront pas écouté ce qu’il fallait faire
  • Une majorité va circuler dans un sens, d’autres qui seront à contre courant, et encore d’autres qui vont couper dans la foule

Je ne sais pas pour vous, mais je peux faire facilement l’analogie avec ce qui se passe dans la vie (pro ou pas) 😉

Après quelques heures de pratique, votre groupe peu ressembler à celui d’un vol d’étourneaux.

Fluidité, harmonie et autonomie

Votre capacité à identifier comment vous vous sentez, dans quelle posture vous voulez être (que ce soit être seul.e ou suivre une grappe de personne), permet au groupe une plus grande amplitude dans ses actions et sa communication.

Se sentir suffisamment bien pour prendre une posture au sein du groupe n’est pas facile pour tout le monde. Cet atelier se fait tout en douceur et bienveillance

Assoir sa posture personnelle dans un groupe c’est rendre service au groupe : gardez en tête l’image d’un conducteur en voiture, qui hésite sur la route, cela fait hésiter les voitures autours, c’est le cafouillage assuré non ?

Moi cela me fait penser au fait de clarifier et rendre explicite les choses. Ne rien dire c’est s’enfermer dans une boucle mentale et c’est le risque de déclencher des malentendus, du retard, de passer à côté de bonnes idées, etc


Le sculpteur et la terre

Il existe d’autres exercices pour prendre conscience de sa posture, apprendre à soutenir, coopérer, prendre le lead … Par exemple l’exercice de sculpteur et de la terre.

Sans vous expliquer tout le déroulé, dans cet exercice, le but est d’observer ce que vous éprouvez lorsque vous interagissez avec une ou plusieurs personnes. Vous vous sentez heureux.se, mal à l’aise, agacé.e …. Quelques questions que cet exercice peut mettre en avant :

  • Si vous décidez d’agir contre, de quelle manière ?
  • Si vous acceptez de vous laisser faire, quelles sont vos limites ?
  • Si l’autre n’agit pas comme vous l’espérez, quelle sera votre première réaction ?
  • Si l’autre ne donne aucun signe de communication, comment allez-vous faire avancer la situation ?
  • etc

Si vous avez envie d’essayer ces ateliers, n’hésitez pas m’écrire :

contact@cnv-gestalt.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Powered by WordPress.com. Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :