Une base de la Gestalt thérapie : le Self

Cet article est la suite de l’article « La Gestalt Thérapie »

Continuons de découvrir ensemble ce qu’est la Gestalt thérapie. Quels sont les concepts cachés derrière cette thérapie ? Quels sont les mécanismes regardés par cette approche ? Que veut dire  » être en bonne santé » en Gestalt ? Voici une petite introduction d’après le livre  » Découvrir la Gestalt-thérapie  » de Martine Périou qui tente d’y répondre.


La philosophie

Je vais passer rapidement sur l’aspect philosophique de cette approche. En gros la base repose sur la phénoménologie et la philosophie humaniste :

Humanisme :

Philosophie qui place l’Homme et les valeurs humaines au-dessus de toutes les autres valeurs (Merci à Mr Larousse). En Gestalt ça signifie qu’on s’intéresse au développement et à l’épanouissement du potentiel humain.

Phénoménologie :

Il s’agit de l’observation de ce qui se manifeste dans la conscience d’un individu dans un instant donné, sans y appliquer de définition ou de référence au passé. C’est l’observation du processus vivant de chaque individu, de la manière dont il s’adapte à la vie et son « environnement.

(Définition prise de  » Découvrir la Gestalt-thérapie  » de Martine Périou)

En version Gestalt ça donne un truc du genre :

On se raconte que conditionnés ou non par nos origines et nos expériences, nous avons la possibilité d’évoluer et de dépasser nos limitations psychologiques (…) au risque de nous écarter des modèles reçus.

Chacun d’entre nous s’est construit à travers les différents liens que nous avons expérimentés au cours de notre vie. C’est dans le contact avec l’autre que nous « évoluons » (en bien ou mal ou autre). C’est dans l’expérience thérapeutique bienveillante et impliquée que notre évolution peu prendre un nouvel élan.

Le/la gestalt thérapeute considère son interlocuteur non comme un objet d’étude mais bel et bien pour ce qu’il est et ce qu’il vit dans l’instant. Le/la thérapeute peut rire, pleurer avec son patient (mais cela fera l’objet d’un autre article).

On apprend la thug life en Gestalt thérapie

L’Awareness – un concept fort en Gestalt Thérapie :

Instant lexique :

Du verbe anglais  » to be aware  » : être conscient.

Il s’agit ici d’une attention, d’une observation tranquille et sans tension, d’une présence à soi-même vigilante et en même temps détendue.

On peut parfois constater que nous sommes absents à nous-mêmes, comme en état de pilotage automatique. Cela peut arriver que nous perdions du temps à nous projeter dans l’avenir, en abandonnant tout ce qui constitue la saveur du moment ou bien à l’inverse se plonger dans une certaine nostalgie, d’avoir des regrets, s’attacher à ce qui est déjà vécu et ne pourra plus jamais se vivre.

Citation Eckhart Tolle
L’instant présent sera ici votre meilleur alliée #eckharttolle

Le Self – une base importante dans la Gestalt Thérapie

En Gestalt thérapie, on se dit que chaque individu s’ajuste en permanence avec son environnement. Il s’épanouit, freine son élan, fuit, agresse ou s’ouvre selon les circonstances. Il s’agit là d’un mouvement perpétuel.

La prise de conscience, l’ajustement de ce processus favorisent la croissance et la qualité de contact d’un individu.

–> Ce processus d’ajustement est nommé le Self

Exemple : une plante a besoin d’air, d’eau et d’espace pour s’épanouir. Dans sa croissance elle est en contact permanent avec les différents éléments qui l’entourent. Elle réagit au sol dans lequel elle pousse, à la lumière, aux saisons … elle s’épanouit, s’adapte, s’étiole au gré des échanges avec d’autres éléments.

Tout organisme vivant dépend de son environnement et se développe en interaction avec lui.

Attention : le self n’est pas un truc concret et figé, c’est un processus qui nomme notre manière particulière d’exister dans le contact.

Être gestaltiste, c’est favoriser le développement et la fluidité de ce processus permanent d’adaptation au monde vivant, interne et externe.

Comment identifie t-on cette mécanique d’adaptation appelée Le self ?

Ah ben ça mon ptit coco, c’est pas facile (surtout que j’écris cet article sans avoir encore commencé ma formation)

Le Self se développe selon 4 modes de contact chez l’individu. Ils s’expriment et se modulent en fonction des situations.

En séance, le Gestalt thérapeute tente de repérer s’il y a une libre circulation de l’énergie d’un individu, ou bien s’il y a des éventuels points de ruptures. C’est comme une grille de lecture qui permet d’identifier comment chaque individu investit ou non le contact (= le contact est le processus de rencontre et d’adaptation entre un organisme et son environnement), cela permet au Gestalt thérapeute d’évaluer dans quel état est son patient.

Attention, cela ne fonctionne qu’avec une qualité de relation (sincère et authentique) entre le thérapeute et le patient.

Les 4 modes du Self (le ça, le moi, la personnalité et le mode moyen) :

Le ça

Le ça

Le corps occupe le premier plan = pulsions, besoins et désirs. C’est un état passif, « ça » se manifeste en nous.

Exemple : j’ai faim, j’ai envie de bouger, je ressens du désir pour cette personne …

Le moi

Le moi

Il identifie le « ça ». C’est le registre du choix et de la responsabilité. Le moi agit sur un mode conscient, actif et affirmatif.

Exemple : Je veux, ne veux pas, je décide, j’entreprends …

La personnalité

La personnalité

C’est la somme des expériences passée, la mémoire de notre continuité en tant que personne. C’est l’idée que chacun se fait de lui-même. Cette idée peut évoluer au fil de la vie.

Exemple : Je suis très à l’aise en société, je suis une personne secrète, trouver un sens à sa vie est important pour moi …

Le mode moyen

Le mode moyen

Nous sommes dans le lâcher-prise du vécu. L’énergie s’écoule librement, tout circule de manière autonome.

Exemple : Je me laisse aller, je me relâche, je suis en train de nager. Je suis au cœur de mes sensations, en plein contact avec l’environnement.


Peu importe le nombre de modes, d’étapes, de grille de lecture … le principal étant le lien authentique qui se créée entre le thérapeute et son patient.
L’écoute empathique en CNV (Communication non violente) peut être la base pour créer se lien.

Dans des prochains articles nous aborderons le cycle du contact et les courants philosophiques qui ont inspiré la démarche Gestalt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Powered by WordPress.com. Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :